CRISIS, Diritti sociali diritti umani, Europa, Eventi manifestazioni iniziative, Italia, Lavoro economia società, Politica

EUROPA- BASTA CON NUOVA AUSTERITÀ E RICATTI

laltraesuropaIn tanti, e si moltiplicano, dicono che questa Europa non può andare avanti così. La situazione mondiale per altro rende tutto sempre più drammatico. Ma se si vuole cambiare bisogna cominciare subito.

Indichiamo alcune cose urgentissime.
A tutti i paesi del Sud Europa la commissione sta chiedendo nuove misure di austerità.
In Grecia si va alla valutazione del terzo programma di aiuti. La Grecia, grazie all’operato del governo Tsipras, ha ormai le condizioni per cominciare ad uscire dalla fase più drammatica della crisi. Sono però molto forti le pressioni degli establishment europei per chiedere ulteriori, ingiuste e insostenibili misure di austerità. In Portogallo il governo delle sinistre ha ricostruito un fondamentale presidio bancario pubblico. Anche qui c’è una azione contraria degli stessi establishment europei. In Italia si vorrebbe imporre una manovra aggiuntiva ad una legge di bilancio – già pessima per i settori più deboli della nostra popolazione per colpa del governo Renzi – che sarebbe del tutto ingiusta e ulteriormente peggiorativa.

Una manovra aggiuntiva pesante vuole essere imposta anche sulla Spagna, anche questa ingiusta nonostante le colpe di Rajoy. Allo stesso tempo in tutti questi paese si patrocinano solo piani di salvataggi per le banche.
Queste richieste vanno rifiutate insieme ovunque ed è necessario unire le forze per combattere insieme le battaglie di questi paesi.

Crediamo poi che sia giunto il momento, anche dopo la elezione con un certo tipo di maggioranza del Presidente del PE, di dire che la Commissione Juncker essendo quella della austerità e delle larghe intese non dovrebbe più essere sostenuta e partecipata da forze che dicono di voler cambiare le cose. Insomma basta con le larghe intese.

Infine il Fiscal Compact, che quest’anno dovrebbe essere incorporato nel diritto europeo di primo livello, nonostante gli effetti nefasti che già ha prodotto. Questo Trattato va fermato e vanno cancellati i Trattati come Maastricht fondativi del liberismo e della austerità.

Noi facciamo appello a tutti i movimenti e i soggetti progressisti che vogliono un’altra Europea a mobilitarsi insieme su questi punti.
Chiediamo agli stessi esponenti del socialismo europeo, che governano in molti paesi, ai democratici e progressisti che hanno detto di voler cambiare di dimostrarlo con atti concreti come questi. Ci saranno?

 

L’ALTRA EUROPA CON TSIPRAS, 2/2/2017

Advertisements

Discussione

2 pensieri su “EUROPA- BASTA CON NUOVA AUSTERITÀ E RICATTI

  1. E in Italia gli SPRECHI volete mantenerli ? Poiché le inefficienze e le frodi aumentano, come mai vi mantenete gli Sprechi e non chiedete al gov. di eliminarli ?

    Ulrico

    Mi piace

    Pubblicato da Ulrico Reali | 02/02/2017, 17:48
  2. L’UNION EST UNIE ? ET L’ITALIE ?

    L’Europe difficile à bâtir ? Plusieurs raisons sont évoquées comme causes de cette difficulté, différentes recettes sont proposées pour permettre de choisir la bonne solution.
    Je crois nécessaire de se demander aussi si en Europe il y a un “syndrome italien”. Je fais référence aux difficultés sociales très importantes qui affectent les évolutions de la société italienne, ayant perdu pendant les 20 dernières années son tissu social. La dégradation de la société italienne et de ses capacités à progresser sont évidentes. La société italienne, qui ne fut pas unie lors de l’agrégation des territoires de différents petits états, a été jusqu’ici dépourvue des évolutions qui lui sont d’urgence nécessaires : unité du peuple, réformes sociales adéquates, gestions publiques bien gérées, solution des problèmes sociaux existants depuis longtemps, reprise de la confiance. Et pour cause…., la classe politique n’a pas ni de motivation pour le progrès de la société, ni de capacités gestionnaires adéquates. Par contre les intérêts personnels ……
    J’ai cherché pendant longtemps les raisons des mauvaises gestions institutionnelles en Italie, car en Italie on se fiche complètement de faire des analyses sociales. Voici la reconstruction des évolutions des dernières décennies :
    – en 1861 différentes principautés de la botte réussirent, après beaucoup d’efforts, à unifier leurs territoires. Après cette unification Mazzini, grand personnage politique qui avait beaucoup fait pour préparer le rassemblement des Etats de la botte, écrivit :
    “La Patrie n’est pas union de territoires et c’est tout ! La Patrie est concordance et rassemblement de sentiments, union de desseins et des destins d’une Nation, expériences vécues ensemble”. Il demanda, avec D’Azeglio, le rassemblement des Italiens. La demande ne fut pas écoutée par les nouvelles institutions de la botte, je pourrais expliquer pourquoi. Par contre les gouvernements envoyaient partout des avis d’imposition. L’Italie a vécu pendant longtemps dans l’idée que le pays était devenu une Nation. Le peuple était ignorant, ne savait pas, les politiciens ont pour longtemps fait des beaux discours……, ne se sont pas occupés d’éduquer le peuple… , ni de promouvoir des comportements vertueux. Un des coupables a été le bas niveau de la culture.
    Après la dernière guerre l’idée fut répandue par les gens des institutions que les bonnes capacités de gestion n’étaient pas nécessaires. Il valait mieux être dans un réseau, dans une camarilla ou coterie et magouiller. L’Italie est devenue actuellement une usine à gâchis de ressources (surtout des fraudes des politiciens) et le peuple n’est pas du tout ressemblé. Avec un tel model, où la motivation des agents des institutions est l’unité du peuple sont des choses très rares, le progrès n’est pas possible. Aussi car la gestion du pays est basée sur la navigation à vue, pas de programmes, pas d’objectifs clairs .
    Mon enquête, qui a été longue, montre que, pendant des longues évolutions sociales et suivant les faux semblants des discours politiques, l’Italie est devenue double comme suit : a) le pays formel et les institutions font semblant de fonctionner (très mal en réalité et toujours pire…..), b) puis l’Italie cachée, les cliques, les associations sécrètes sont devenues très actives dans la dernière décennie pour des affaires bien dissimulées. La corruption et les disfonctionnements institutionnels ont augmenté progressivement et sont même apparus au grand jour, par initiatives de magistrats. La justice marche très mal…., elle est toujours en retard et n’est pas fiable…..
    L’Italie se montre fréquemment ingérable et immobile, même si récemment une inversion de tendance semble apparaître. Les gâchis de ressources dus à la mauvaise gestion et à la corruption sont très importants, mais personne ne s’en plaint. Difficilement l’Italie pourra avancer, si elle reste telle quelle, si elle garde la dispersion de volontés et d’initiatives, qui sont parfois gérées dans l’ombre. Personne n’a essayé de comprendre l’origine du problème social, de l’insatisfaction des citoyens, car il n’y a pas la culture de la bonne gestion ni un tissu social adéquat……, ce qui arrive dans un pays dont les citoyens n’ont pas été ressemblés sur des objectifs et sentiments communs. En pratique, les Italiens ne savent pas quel est le problème…., ils sont habitués depuis longtemps à un système qui ne marche pas !
    Ce tableau, qui était gris il y a 20 ans, est récemment devenu noir, du fait de manque de réactions correctives et de la diffusion de la corruption. Ces évolutions négatives sont arrivées principalement à cause d’un manque d’unité nationale, unité d’âme et d’esprits. L’unité n’a jamais été vraiment créé (c’était juste un faux semblant) pendant 150 ans !
    La question qui me paraît importante, concernant l’Union : «A l’avis et aux sentiments des Européens, existe-t-il un fort sentiment social d’unité européenne dans les diverses entités nationales fusionnées, étendue à toute l’Union ?». Ce serait la première motivation nécessaire pour agir tous dans un cadre et un sentiment constructif. Mais aussi les représentants des pays à Bruxelles et Strasbourg ont-ils un sentiment fort d’appartenance à l’Europe ou sont-ils concentrés sur la défense des intérêts des différents pays qu’ils représentent ?
    Conclusion : avons-nous créé un ’entité européenne unie ? Ou devons-nous la créer ?

    Ulrico Reali

    P.S. P. Herzog a écrit, dans « Europe, réveille-toi ! » : « L’U.E. travaille, propose, essaie d’anticiper, mais elle ne porte pas encore une vision ni une véritable stratégie ; ses institutions sont trop faibles, elle n’est pas un Sujet politique à part entière ».
    Je ressens le manque d’unité (qui pourrait se créer sur la base d’expériences communes et d’actions à définir) comme une entrave probable à la bonne construction de l’Europe.

    Mi piace

    Pubblicato da Ulrico Reali | 03/02/2017, 15:51

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

Sostieni CAMBIAILMONDO

Dai un contributo (anche piccolo !) a CAMBIAILMONDO

Per donare vai su www.filef.info e clicca sull'icona "DONATE" nella colonna a destra in alto. La pagina Paypal è: filefit@gmail.com

DUE Sì AI REFERENDUM del 2017

Restituire la sovranità agli elettori: firma la petizione

Nuove Generazioni, Nuove Migrazioni - FILEF

Inserisci la tua e-mail e clicca sul pulsante Cambiailmondo per ricevere le news

Segui assieme ad altri 1.109 follower

LINK consigliati

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Blog Stats

  • 661,346 hits

ARCHIVIO

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: